Demix Agrégats, Demix Béton and Demix Construction, divisions of CRH Canada Group Inc., are fully committed to CRH Canada's sustainable development, responsible stewardship of the natural environment and social responsibility initiatives.

This section is dedicated to sharing our initiatives that support that commitment. We encourage you to bookmark this section and visit us regularly to learn about our latest activities.

Update on the bat roosts at the Demix Béton Drummondville Plant

csm_ChauveSouris_2012_1_01_8f8b610000Demix Béton Drummondville participated in an innovative project to install bat roosts on its silos and buildings. With the maintenance of wooded areas or through their destruction, the natural habitat of these mammals is diminishing. In order to avoid the disappearance of this species, the group GARAF, the Fauna Foundation of Quebec, the school Jean-Raimbault and the Biodome of Montreal propose integrating artificial roots for the bats.

Please note that the rest of this article is in French. If you would like to receive the full English version of this article, please contact us requesting the full English version.

Les  chauves-souris (Chiroptères) sont des mammifères volants mal aimés du grand public à cause de leur aspect étrange, de leur vie nocturne et du mystère qui entoure leur mode de vie. Elles sont souvent victimes d'idées préconçues qui leur ont valu longtemps d'être persécutées par l'homme. Comme toutes les espèces animales, elles occupent une place importante dans notre environnement et plus on en apprend sur elles, plus on est en mesure de les respecter. Les populations de Chiroptères sont en décroissance importante causée principalement par l’utilisation de pesticides, d’insecticides et par la fragmentation forestière. Un autre phénomène nuit à la chauve-souris, soit  la perte des lieux de reproduction causée par la destruction ou la restauration de bâtiments anciens, la disparition des accès aux clochers ou l'abattage d’arbres creux.

Dans le cadre du projet Cacouna. Le GARAF, Groupe d’Aide à la Recherche et à l’Aménagement de la Faune (commission scolaire Deschenes) a entrepris la construction et l’installation de six dortoirs pour chauve-souris. Ce projet a pu être réalisé grâce à l’information fournie par le Biodôme de Montréal et avec l’aval des citoyens du secteur et la collaboration de Demix Béton Drummondville.

csm_ChauveSouris_2012_2_47c22c2030Des enregistreurs de température électroniques nous ont permis de voir si les installations sont en lien avec ce que recherche la chauve-souris. Les informations recueillies à la fin de l’année 2010 ont démontré que les écarts de température relevés ne sont pas vraiment du niveau recherché par l’espèce : elles ont varié passablement, entre des extrêmes allant de 5°C à 50°C alors que la cible était plutôt 25°C-35°C.

Pour 2011, des modifications s’imposaient donc. Les jeunes de la commission scolaire ont construit un modèle isolé, de façon à ce que les dortoirs puissent  accumuler la chaleur pendant le jour et la maintenir pendant la nuit. Demix Béton, de leur côté, après quelques recherches ont également mis la main à la pâte en y allant avec une approche différente, soit en construisant un modèle très populaire dans le nord-est des États-Unis et un second dans lequel la technologie s’implante. La première option se nomme ‘’La fusée à deux chambres’’. Faite avec du bois de cèdre blanc épais, elle possède deux chambres dans lesquelles les chauves-souris peuvent se déplacer en fonction du soleil. Selon sa forme, sa couleur, l’épaisseur du bois et sa texture, elle a tout pour plaire aux chiroptères.

csm_ChauveSouris_2012_3_c64cbfaab3L’autre modèle se veut plus conventionnel, mais avec un ajout particulier, soit une plaque chauffante que l’on utilise dans les porcheries pour les nouveaux nés. Le tout est installé sur un bloc de béton relié à un thermostat électronique, permettant ainsi de maintenir la température idéale.

Comme il n’y a aucun démantèlement prévu, les dortoirs installés en 2010 serviront aux mâles. Lors de l’arrivée des nouveaux nés, ils deviennent solitaires et se tiennent à l’écart. Autre nouveauté : un partenaire s’est ajouté au projet : il s’agit du Ministère de la Faune du centre du Québec. Leur implication est au niveau d’un soutien technique dans le projet. De plus, ils procéderont à des relevés sonores durant l’été pour identifier et confirmer la présence des espèces de la région.